Le forum de la Hell March Team
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [pas fini] Les Héros Mortels Titanesques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
brpsycho
Rang: Exorciste Blasphemateur
Rang: Exorciste Blasphemateur
avatar

Nombre de messages : 1956
Age : 88
Localisation : Le Néther
Date d'inscription : 04/07/2005

MessageSujet: [pas fini] Les Héros Mortels Titanesques   Ven 18 Juil - 0:48

Grandplat



Les rêves de l'explorateur

Les échos de la bataille résonnaient encore dans sa tête, mais un cri de joie s'élevait au-dessus d'eux : "Ils battent en retraite !" En effet, les marchands d'esclaves de Tau Psi s'enfuyaient. Leurs jeux de l'esprit n'avaient pas suffi à les protéger cette fois du courage des habitants d'Insel Muni et leur nouveaux alliés. Brys se retourna vers un de ses compagnons, Jurgen le féroce.
- A-t-on libéré tous les prisonniers ? demanda-t-il.
- Non, répondit Jurgen, Bjorg et une bonne partie de sa tribu sont encore entre leurs mains.
- Il faut les arrêter avant qu'ils lèvent l'ancre !
Brys brandissait déjà son épée et saisit sa hache de la main gauche, commençant à courrir vers le navire que Jurgen lui indiquait. Alors qu'il s'approchait, sa vue le sauva au dernier instant quand il apperçut les deux archers qui défendaient le navire ennemi. Il plongea derrière un rocher pour s'abriter des tirs, puis échangea ses armes de mains d'un coup de jonglage avant de se lever et jeter sa hache vers l'un des archers. Jurgen avait déjà bandé son arc et tirait sur l'autre. Son tir était parfait, mais pas assez rapide pour empêcher l'adversaire de tirer également. Sa flèche était moins précise cependant, et toucha la jambe de Jurgen. Brys se lança à nouveau vers le navire, laissant son compagnon s'occuper de sa blessure. Il brandit son épée et évita les frappes des gardes ennemis en se jetant au sol. Se ratrappant par une roulade, il eut juste le temps d'asséner un coup déstabilisant ses adversaires, puis se remit sur pied pour monter à bord du petit navire de prisonniers.
Une soudaine peur s'empara de lui, mais il la connaissait cette fois. Cette peur n'était pas naturelle, et il avait appris à l'affronter. Cette peur était la création d'un membre de l'équipage du navire, la créature humanoïde encapuchonnée, sorte de mage de l'esprit qui caractérisait ces esclavagistes. Bjorg et ses camarades étaient à bord, leurs pieds et poings non liés, mais leur esprit était prisonnier. Brys rengaîna son épée et s'apprêta à les affronter. Une quinzaine d'hommes menaçant seraient trop pour lui. Il devait mieux cibler son attaque. Restant à distance des esclaves mentaux qui avançaient comme des zombies, il attira Bjorg à lui et tenta de le maîtriser. Celui-ci se débattait, mais Brys le regarda dans les yeux.
- Bjorg, les marchands te contrôlent !
L'homme sembla saisir le sens de ce message et hésiter un moment. Bjorg était le plus averti contre les pouvoirs de ces créatures, le mieux placé pour les affronter, et Brys espérait que le confronter à la réalité lui permettrait de se battre... et que son esprti vaincrait. Un autre moment passa, les autres s'avançaient encore un peu, puis Bjorg reprit ses esprits.
- Brys ! C'est toi qui m'as sauvé cette fois, étranger !
- Retiens les autres, je vais me charger du mage !
Brys se rendit à l'intérieur de la cabine, tandis que Bjorg défendait ses arrières. La figure sombre, dans sa robe et son capuchon noir, apparut à Brys, et il se rendit compte que ce qui en dépassait et qu'il avait pris pour trois mèches de cheveux étaient en vérité des tentacules. Au même instant, la peur artificielle qui semblait avoir été chassée revint, puis un autre sentiment, tout à fait inconnu, emplit son esprit. Sans comprendre ce qui se passait, Brys ne pouvait plus bouger. Son épée tomba au sol alors que l'une des tentacules effectuait d'étranges mouvements, comme une incantation. Puis le bruit de Bjorg qui jetait un objet sur ses assaillants, sans doute un tonneau, fit son irruption dans leurs deux esprti, distrayant quelque peu la créature, et laissant juste le temps à Brys de s'emparer de son épée et de se lancer sur elle. L'étreinte sur son esprit se serra à nouveau, mais le mouvement était fait, et même s'il avait été refermé, l'épée s'avançait et trancha quelques-une des tentacules. Alors que la chose blessée ressentait la douleur, l'esprit de Brys était à nouveau libre, et il l'achevait, révélant son visage semblable à un poulpe.

Brys se réveilla, seul dans sa tente. Depuis son retour d'Insel Muni - depuis la rencontre avec le tentaculaire, cette créature capable de s'immiscer dans les esprits, il ne cessait pas de faire ces cauchemars. Des souvenirs du combat qui se répétaient dans son esprit. Il sortit prendre l'air et ne fut pas étonner de voir Jurgen faire chauffer de l'eau sur le feu, malgré l'heure nocturne.
- Rien à signaler ? demanda-t-il.
- Non, répondit Jurgen. Pas depuis hier soir.
Le soir précédent, ils étaient tombés sur trois guerriers squelettes qui erraient seuls. Ils avaient massacré ces horreurs mort-vivantes, mais cela inquiétaient Jurgen, qui s'attendait à un éventuel retour des nécromanciens.
- Je pense qu'on devrait former des patrouilles et traquer ces morts-vivants, reprit Jurgen. Il faut se débarasser de cette vermine. Et savoir d'ou elle vient.
- Je suis bien d'accord, répondit Brys, mais je dois quand même continuer ce voyage. Tu peux rester et les combattre.
- Toujours à voyager. Sur Insel Muni tu m'avais dit que tu étais lassé.
- Je le suis. Mais ce n'est pas un simple voyage, c'est mon devoir, une quête. Il y a une force qui me tire vers l'est.
- Une force ?
- J'ai toujours des rêves depuis qu'on est rentrés. Des cauchemars. Je pense que c'est ce que je dois faire.
Jurgen se tut. Il savait qu'il ne pourrait pas lui enlever cette idée de la tête. Qu'il parte, après tout. Il y'avait d'autres hommes pour défendre la région des morts-vivants.

Après quelques jours, Brys était arrivé au-delà des cartes qu'ils connaissait. Ses rêves n'avaient pas cessé pour autant. L'un de ceux-ci venait de terminer lorsqu'un soldat le réveilla d'un léger coup de bâton.
- Il est bien vivant, dit le guerrier, ni gelé ni zombie.
Tout en se réveillant, Brys s'assit et remarqua le groupe de soldats qui l'accompagnaient, encadrant ce qui devait être une sorte de général. Leurs armure et leurs visage lui étaient inconnus.
- Qui êtes-vous ?
L'un des soldat prit la parole :
- Il ne doit pas être d'ici... Voyageur, vous avez devant vous Alex le Conquerrant.
Celui dont il parlait prit la parole :
- Ça fait un moment que mes hommes ont repéré vos traces. Quelle est la raison de votre voyage ? Vous n'avez pas peur des zombies qui traînent par ici ?
- Des zombies...
Brys restait muet, comme si ses pensées s'étaient égarées sur ce mot, puis il reprit la parole et expliqua sa quête au général.
- Voici quelques temps, j'ai récupéré un artefact magique sur un de mes ennemis. Je cherche un mage capable de déterminer son pouvoir et de mettre c'est objet en sûreté, à l'abris des des mains mal avisées.
Le général, Alex le conquerrant, semblait à son armure n'être pas bien plus qu'un milicien, mais Brys était bien placé pour savoir qu'il s'agissait des meilleurs combattants, et celui-ci, faute d'avoir cet air d'arrogance des chefs qu'il avait rencontré, semblait inspirer une certaine autorité aux autres soldats, et Brys se disait qu'il avait sans doute mérité cette autorité.
- D'ou venez-vous, voyageur ? demanda-t-il.
Brys se levait maintenant et s'apprêtait à devoir raconter plus qu'il n'aurait voulu, mais il avait quelque espoir que cette conversation lui soit finalement bénéfique.
- Je suis un citoyen de Myr.
Les soldats murmurèrent quelques temps avec un certain étonnement, puis Alex reprit la parole.
- Nous ne connaissons pas cette cité. Êtes-vous des alliés de Meta Bia ?
Même après ses voyages vers Insel Muni, Brys n'avait pas oublié l'aversion qu'il avait ressentie pour les derniers habitants de Meta Bia, avant la bataille de la dague des morts.
- Nous avons combattu Meta Bia à la bataille de la dague des morts. La ville n'a-t-elle pas été détruite alors ?
Pour Alex, tout ce qu'évoquait la dague des morts, c'était la montagne qui jouxtait la ville de sorciers qu'ils appelaient Meta Bia. Il aurait été surpris de connaître le récit de cette bataille, dans laquelle des mages avaient fait pousser une montagne en plein milieu de la ville, mais jusqu'ici les explications sur le sujet semblaient le satisfaire.
- Je ne prétends pas connaître l'issue de vôtre combat, dit-il, mais il y a forcément eu des survivants, puisque nous-même avons récemment terassé les armées zombies de Meta Bia.
- Si vous combattez les morts-vivants, vous êtes donc en accord au moins avec une partie de ma quête.
- L'artefact que vous transportez serait un objet de nécromancie ?
Brys ne répondit pas immédiatement, non pas parce qu'il hésitait, mais parce que sa précédante affirmation le poussait à finalement répondre aux questions qui s'étaient immiscées dans sont esprit depuis quelques temps, au fil de ses récents cauchemars. Il allait définir plus précisemment la cause qu'il poursuivant en ce moment précis, afin de pouvoir répondre plus précisemment à son interlocuteur.
- Je ne sais pas, mais l'idée que je me fais de ma quête est bien plus vaste. Je ne veux pas simplement mettre cet objet en sureté, je recherche des alliés pour partir à la recherche de tous les secrets du monde, afin d'isoler ceux qui sont dangereux et de remédier aux problèmes qu'ils causent.
- Et la nécromancie dans tout ça ?
- C'est l'une des abominations que je désire empêcher.
- C'est une quête très ambitieuse. Vous avez raison de chercher des alliés, peut-être qu'un seul homme ne pourra y arriver seul.
- Désirez-vous me rejoindre ?
- Je n'en suis pas encore certain; ou allez-vous ?
- J'erre sans but précis pour le moment.
- Faites route avec nous pour un temps, peut-être que d'ici à ce que nos chemins se séparent, j'aurai pris une décision.
Brys accepta d'accompagner les soldats de l'Ennashael. Au terme de cette conversation, s'il ne savait pas encore s'il avait trouvé un allié, au moins il avait réussit à définir sa quête avec précision. Il découvrait que cette quête avait commencé en même temps que ses cauchemars, au moment ou il avait récupéré cet artefact. Ça n'était pas cette pierre magique qui le hantaît, mais son indécision quand au sort de l'objet en question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bryswalls.free.fr/brswiki/index.php?title=Accueil
brpsycho
Rang: Exorciste Blasphemateur
Rang: Exorciste Blasphemateur
avatar

Nombre de messages : 1956
Age : 88
Localisation : Le Néther
Date d'inscription : 04/07/2005

MessageSujet: Re: [pas fini] Les Héros Mortels Titanesques   Sam 3 Jan - 21:53

Prédictions magiscientifiques

Les rouages de cuivre s'animaient de plus en plus vite, les pièces et engrenages de l'observatoire tournaient les unes contre les autres, s'assemblaient, s'animaient, et la force magique qui les manoeuvrait s'amplifiait à mesure que l'expérience prenait forme. La lumière des astres, sélectionnée et amplifiée par les instruments et machineries, était canalisée vers les gemmes, cristaux et autres pierres précieuses, liquides aux propriétés magique, et ainsi de suite. Leurs pouvoirs étaient reconvertis et retransmis à travers tous les morceaux de métal qui composaient ce laboratoire pour terminer sur un seul objet, une pierre polie que le magiscientifique appelait gemme de focalisation. Ce magiscientifique se tenait devant la gemme avec un appareil composé de tuyaux de métal et de lunettes optiques, braqué sur l'artefact. Ses robes aux ornements rouges et dorés refletaient quelque peu la lumière des instruments, reproduisant sur le sol certaines des runes qui composaient ses vêtements. L'un de ces ornements, plus grand et mieux reflété que les autres, était devenu désormais le symbole du Roi Mage dans tout l'Ouest Unifié.
Un garde en armure dorée entra dans le laboratoire et appela d'une voix fébrile.
- Monseigneur ?
Gael, premier Roi-Mage, se tourna vers son laquais. Une certaine impatience marquait sa voix.
- Qu'y a-t-il, soldat ?
- Le capitaine Aquatar revient du nord. Il a terrassé le dernier bastion connu des rebelles nordiques.
- Bien, bien, accueillez-le comme il se doit, je suis sûr qu'il me fera son rapport en temps voulu, maintenant laissez-moi à mes expériences.
Le garde se retira et Gael se remit à observer les reflets de la gemme de focalisation. Selon lui, son observatoire permettrait non pas simplement de cartographier le ciel mais également de mesurer, via les fluctuations de la puissance magique des astres, une carte de l'activité magique du monde. La clepsydre qu'il avait retournée dès l'activation de la machine continuait de s'écouler, et arrivait à son terme : la précision de l'observation était bientôt maximale. Il regardait les lignes de forces se mettre en place et comme à chaque fois depus le début de ce projet, les forces magiques qu'il observait étaient beaucoup trop grosses. Il avait d'abord cru à une erreur de conception dans ses appareils de mesure, mais tout lui semblait correct. Peut-être les théories de physionomies astrales sur lesquelles il se basaient avaient-elle une erreur ? Cela paraissait peu probable.
Il continua d'observer la gemme et aperçu le repère qu'il désirait apercevoir : une fluctuation, faible mais très nette, du niveau magique venait de s'opérer dans les champs à l'extérieur du palais. La clepsydre venait de terminer son cycle, et ses assistants avaient donc probablement lancé le sort repère à ce moment précis. Il nota les différences d'amplitudes magiques qu'il avait observé et les compara avec son résultat théorique. Le sort qui avait été lancé se lisait très précisément sur la carte. Il n'y avait donc aucune erreur, ni sur la machine, ni dans la conception qu'il se faisait des astres. L'erreur qu'il observait était plutôt dans sa conception du monde, de la puissance magique latente qu'il observait. Et pourtant, la distribution des forces magiques n'était pas uniforme, comme si une intelligence quelconque avait modelé ces forces.
De toute évidence, ce pouvoir employé par un mage ou sorcier aux desseins mauvais pourrait produire bien plus, causer bien plus de mal qu'il n'avait vu jusqu'à présent. Il commença a chercher un moyen d'empêcher cela, un moyen simple, efficace et immédiat. Mais il était évident qu'il n'y en avait pas. Les puissances magiques qu'il voyait avaient chacun leurs sources, des artefacts, des mages, des créatures, des forces naturelles, de nombreuses petites niches de pouvoir qui pourraient servir indifférement le bien ou le mal. S'il voulait les contrôler, les limiter, il allait devoir mener des quêtes sur le monde entier pour rassembler ces formes de pouvoirs, les étudier, les limiter. Pour cela le plus pratique était d'établir une base d'opérations quelque part... Le plus proche possible de toutes les destinations imaginables, le coeur du monde. Il allait devoir partir vers l'est.

Le jeune Tiassan, magitechnicien impérial du Samurii, façonnait son petit golem d'entraînement avec le coeur plein d'espoir. Il était bien sûr triste pour la mort récente du vieil Empereur, mais sa fille, héritière du trône, était une magitechnicienne de renom et connaissait l'importance de cet artisanat. Sous son aile, l'Empire serait sans doute encore plus intéressé par son métier, et l'avenir n'en serait que plus prospère, pour l'Empire comme pour Lui-même.
Son golem, un petit manequin humanoïde, qui, si tout se passait bien devait être capable de servir des tasses de thé, était étendu à plat dos sur sa table de travail. Tiassan terminait de fixer les machineries des articulations de la créature lorsqu'un régiment de gardes impériaux arriva dans la salle. Lorsqu'il vit leurs uniformes, ces armures dorées et luisantes de la légion d'élite, comme tous les autres élèves, il lâcha tout ce qu'il faisait, bien qu'il ne lui restait qu'à tester son golem pour voir s'il fonctionnerait.
Ces gardes étaient l'élite qui protégeait l'Impératrice elle-même lorsqu'elle était en déplacement. Maître Ashanni les conduisait dans la salle, il semblait nerveux et paniqué, probablement devait-il faire un rapport à la Toute-Puissante, et les légendes de la colère des Empereurs précédents le terrifiaient comme elles terrifiaient tous ceux qui devaient se présenter devant elle, même si leur travail et leur vie était exempts de défauts. Derrière eux, avec quelques dizaines d'autres gardes, arrivait le chariot doré de l'Impératrice, entouré des rideaux les plus somptueux de tout l'Empire. Selon la tradition, les simples mortels n'étaient pas dignes de voir le visage de leur Seigneur quand il leur plaisait. Le confident, un noble dont le rôle était de transmettre les dires de l'Empereur ou l'Impératrice aux autres mortels, se tenait devant le chariot dans l'accoutrement éclatant qui était digne des hommes de son rang. Il s'éloigna du chariot, sans doute après avoir reçu ses instructions, et s'approcha de Maître Ashanni pour les reporter.
- Montrez-nous comment avance la formation des jeunes apprentis.
Maître Ashanni sursauta, comme si cette requête l'avait surpris au plus haut point, mais il s'approcha d'un atelier au hasard, qui se trouva être celui de Tiassan. Déjà la panique passait d'Ashanni à Tiassan, ce dernier recherchant déjà comment expliquer l'échec éventuel de sa présentation. Maître Ashanni ouvra sa bouche pour libérer les paroles qui le condamnaient à la colère du Seigneur.
- Je n'ai pas encore vu ceux-ci aujourd'hui, mais il me semble qu'ils font des progrès... Tiassan, ne travaillais-tu pas sur un petit golem en bois ? Je suppose qu'il est terminé.
Le jeune apprenti cherchait à toute vitesse une réponse dans sa tête, conscient d'au moins trois voire quatres raisons pour lesquelles son Golem ne marcherait pas. Mais avant qu'il n'aie le temps de préparer une excuse, les rideaux du chariot Impérial se déplaçaient et les soldats s'inclinèrent immédiatement, posant un genoux à terre dans une discipline sans égal, tandis que tous les apprentis réussirent à se ressaisir suffisement longtemps pour s'incliner également. L'impératrice sortit au grand jour pour s'approcher du golem et parla de sa propre voix aux yeux et aux oreilles ébahis de ceux qui étaient présents. Ce qu'elle s'apprêtait à dire était pourtant tout à fait banal :
- J'ai toujours apprecié la conception de ces créatures. Voyons si celui-ci fonctionne.
Avant que Tiassan ne trouve le courage de réagir, elle activa la machine et le golem se leva lentement sur ses pattes. Le jeune apprenti voyait déjà sa carrière échouer pour un échec ridicule, et se demandait déjà ce qu'il ferait une fois que l'Impératrice elle-même l'aurait banni de l'académie... Puis le golem s'avança vers les service à thé et commença à chauffer l'eau grâce à ses mécanismes magitechniques. Avec ses mouvements lents et rigides, il prépara le thé avec perfection, devant les yeux ébahis de Maître Ashanni qui s'empressa de féliciter son élève.
- Très bon travail, Tiassan, continue comme ça.
Tiassan était pourtant certain que sa créature était incomplète, et qu'il n'aurait pas du réussir. Il soupçonnait même l'Impératrice d'avoir terminé la conception sans qu'ils le remarquent, mais pourquoi ? L'expression souriante de son visage alors qu'elle se retirait vers son chariot semblait valider cette théorie, aussi farfelue soit-elle. Alors que l'escorte reprenait et que les porteurs mécaniques soulevaient à nouveau le chariot, Tiassan restait figé par l'étonnement.

La prochaine salle que visita l'escorte était une sorte d'observatoire... Ou aurait du l'être à la base du moins, mais quelque expérience l'avait changé en une espèce d'énorme machinerie magitechnique dont le but n'était pas encore connu par maître Ashanni. Cette fois-ci l'un des chercheurs eut l'audace de s'avancer vers le cortège et d'interpeler le confident directement.
- Sa Majesté Toute-Puissante arrive au bon moment ! Les découvertes que nous faisons ici l'intéresseront au plus haut point, j'en suis certain.
Le confident, outré, s'apprêtait à répondre, mais l'Impératrice s'adressait déjà à lui.
- Sa Majesté demande en quoi vous avez transformé l'observatoire. Elle soupçonne qu'il s'agisse d'appareils visant à espionner les forces étrangères.
- Comment ? s'étonna le capitainre de la garde Impériale d'élite. À quoi bon espionner les étrangers ? Ces êtres inférieurs ne risquent pas d'être une menace pour nous !
- Sa Majesté n'a pas tout à fait tort, répondit le magiscientifique, et, pardonnez-moi capitaine, mais il ne s'agit pas d'espionner les forces armées de l'ennemi, mais les forces magiques qui s'animent à l'étranger. Voyez vous, par ces différentes pierres de réfraction magiques qui s'étendent autour de l'observatoire, nous pouvons amplifier nos capacité de sondage magique. Il s'agit d'une compression de...
- Venez-en au fait, coupa le confident. Qu'avez-vous découvert ?
- Ici, au Samurii, nos artisans sont des experts en magie, ils savent l'employer, la canaliser, la soumettre à nos fins. Il existe d'incroyables sources de magies dispersées partout dans le monde, mais nous savons nous en servir, elles ne sont pas un danger pour nous. À l'étranger cependant... Comme le capitaine l'a souligné, les populations étrangères ne sont pas aussi développées que notre Magnificent Empire... Et pourtant on y trouve dans la nature les mêmes puissances magiques effroyables... Nous pourrions y envoyer des expéditions, étudiers ces forces magiques, découvrir des nouvelles réponses sur nôtre monde, mais savez-vous ce qui pourrait se passer si ces forces n'étaient pas manipulées comme il se doit, si les barbares étrangers, ne sachant pas de quoi il s'agit, agissent n'importe comment en leur présence ?
La voix de l'Impératrice, visiblement très interessée par le sujet, s'échappa du chariot.
- Tout, et n'importe quoi. Des dangers infinis.
Cette réponse, bien qu'elle soit plus que correcte, réussit à ébranler la détermination du scientifique, qui mit quelques secondes à se reprendre.
- Exactement.
- Nous n'avons pas les forces nécessaires pour conquérir le monde entier et dominer ces pouvoirs.
La voix de l'Impératrice, dont les paroles semblaient blasphématrices pour ses interlocuteurs, s'imposa comme vraie, car ils étaient conscient que le savoir de l'Impératrice les dépassait probablement tous en bien des points. Mais que son peuple soit d'accord ou non, elle avait trouvé sa nouvelle quête. Elle devrait voyager à l'étranger, conquérir ces forces magiques, quelles que soient leur nature, et pour cela, même si l'idée serait répugnante pour ses compatriotes, il lui faudrait l'aide des populations locales. Qui sait, si leurs connaissances n'égalaient pas celles des Samuuris, peut-être saurait-elle leur en inculquer suffisement pour faire des barbares de nouveaux serviteurs et de nouveaux alliés.

Au pays des pirates



Visions et avertissements



Rencontres



La quête
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bryswalls.free.fr/brswiki/index.php?title=Accueil
 
[pas fini] Les Héros Mortels Titanesques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini
» [FINI] Call of MW2 ... URGENT URGENT
» Discussions sur le jeu fini [PAS DE BALISE SPOILER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HMT :: Brysed Realms :: La Bibliothèque Centrale-
Sauter vers: